Accueil > Statistiques > Baromètre vidéo

Baromètre : Vidéo CNC-GFK
9 premiers mois 2005


Evolution du marché : - 5 % en valeur, + 20 % en volume

Sur les 9 premiers mois 2005, les Français ont dépensé 1 083 M€ en achats de VHS et de DVD. La dépense des ménages en vidéo est ainsi en diminution de 4,9 % par rapport aux 9 premiers mois 2004. Le DVD capte 1 060 M€, soit 97,9 % du marché. Les achats de DVD sont stables par rapport aux 9 premiers mois 2004 (+0,2 %). Les cassettes vidéo réalisent 22,9 M€ de recettes, soit un recul de 71,4 % par rapport à 2004. 92,5 millions de supports ont été vendus au cours des 9 premiers mois 2005 dont 89,3 millions de DVD qui constituent 96,6 % du marché en volume. Les Français ont acheté 19,7 % de supports en plus par rapport aux 9 premiers mois 2004. Sur les douze derniers mois (octobre 2004 à septembre 2005), les ventes de vidéogrammes progressent de 21,6 % en volume et de 3,2 % en valeur.

Consommation de supports vidéo

 

Unités (millions)

Evolution

Chiffre d’affaires (M€)

Evolution

VHS

3,11

-57,5 %

22,93

-71,4 %

DVD

89,34

+27,7 %

1 060,39

+0,2 %

Total 9 premiers mois 2005

92,45

+19,7 %

1 083,32

-4,9 %

12 derniers mois
(octobre 2004 à septembre 2005)

147,15

+21,6 %

1 903,33

+3,2 %

Source : CNC - GFK

 


Nouvelle baisse des prix moyens

Au troisième trimestre 2005, le prix moyen d’un DVD s’établit à 11,15 €, contre 11,70 € au deuxième trimestre et 12,58 € au premier trimestre 2005. Sur les trois premiers trimestres 2005, le prix moyen d’un DVD est de 11,87 €, en baisse de 21,6 % par rapport au premier semestre 2004. Cette baisse résulte d’une diminution de 22,8 % du prix des titres de catalogue (sortis en vidéo depuis plus de 6 mois) alors que le prix des nouveautés diminue de 5,0 %. La baisse du prix moyen s’explique avant tout par la forte progression des ventes de DVD à moins de 3 € dont le poids sur les 9 premiers mois 2005 (21,3 % des volumes de DVD vendus) a quasiment doublé par rapport à 2004 (11,7 %). Sur les douze derniers mois, le prix moyen d’un DVD s’établit à 13,10 €, celui d’un titre de catalogue est de 9,73 € et celui d’une nouveauté de 19,35 €.




Stabilité de l’équilibre film / hors film

Le marché de la vidéo est dominé par le cinéma qui réalise 651,1 M€ sur les 9 premiers mois 2005, soit plus de 60 % du total. Les recettes des films en vidéo sont en baisse (-8,8 %) par rapport à la même période en 2004. Sur les douze derniers mois, leurs recettes progressent de 5,4 %. Le hors film représente 32,9 % du marché (356 M€) sur les trois premiers trimestres 2005. Les recettes du hors film progressent de 4,4 % par rapport à la même période en 2004. Sur les douze derniers mois, elles progressent de 2,4 %. En volume, 40,7 millions des supports vendus au cours des 9 premiers mois 2005 contiennent une œuvre cinématographique, soit 3,2 % de plus qu’au cours des 9 premiers mois 2004. Parallèlement, le hors film progresse de 26,1 % en volume, soit 29,1 millions de supports vendus.



Chiffre d’affaires vidéo selon le contenu 3 premiers trimestres 2005

 

Chiffre d’affaires
(M€)

Parts de marché
(%)

Evolution
9 mois

Evolution
12 derniers mois

Films*

651,07

60,1

-8,8 %

+5,4%

Hors film

356,00

32,9

+4,4 %

+ 2,4 %

Opérations promotionnelles non identifiées

76,25

7,0

-9,5 %

-12,4 %

Total

1 083,32

100,0

-4,9 %

+3,2 %

Source : CNC – GFK * œuvres ayant fait l’objet d’une exploitation en salles de cinéma



Part de marché des films français en progression

Sur les 9 premiers mois 2005, la part de marché des films français sur le marché de la vidéo s’établit à 23,5 % en valeur, contre 14,5 % sur les 9 premiers mois de 2004. 9,2 millions de DVD et VHS de films français ont été vendus entre janvier et septembre 2005, contre 6,2 millions sur la même période en 2004 (+47,3 %). Le cinéma français génère 153,1 M€ de recettes sur 9 mois, soit une progression de 48,0 % par rapport à 2004.26,3 millions de DVD et VHS de films américains ont été achetés par les Français sur janvier - septembre 2005, soit 3,6 % de moins que sur la même période en 2004. Les recettes du cinéma américain sont également en recul (-15,5 %) et atteignent 414,2 M€. Les films américains réalisent une part de marché en valeur de 63,6 % sur les 9 premiers mois 2005, contre 68,6 % en 2004.


Evolution du chiffre d’affaires des films* en vidéo

(M€)

9 mois 2004

9 mois 2005

Evolution
9 mois

Evolution
12 derniers mois

Films français

103,49

14,5 %

153,12

23,5 %

+48,0 %

+70,1 %

Films américains

489,94

68,6 %

414,19

63,6 %

-15,5 %

-7,3 %

Autres films

120,34

16,9 %

83,76

12,9 %

-30,4 %

+2,5 %

Total

713,77

100,0%

651,07

100,0%

-8,8 %

+5,4 %

Source : CNC – GFK
* œuvres ayant fait l’objet d’une exploitation en salles de cinéma

 

La fiction en forte progression

Sur les 9 premiers mois 2005, la fiction représente 38,5 % des recettes du marché du hors film en vidéo et demeure le genre le plus vendu sur ce segment. La fiction génère 137,1 M€ de recettes sur 9 mois, soit une progression de 25,8 % par rapport à 2004. Le deuxième genre du hors film est celui de la musique qui représente 21,5 % du chiffre d’affaires du hors film sur janvier - septembre 2005.




Evolution du chiffre d’affaires du hors film en vidéo

(M€)

9 mois 2004

9 mois 2005

Evolution
9 mois

Evolution
12 derniers mois

Fiction TV

109,04

32,0 %

137,14

38,5 %

+25,8 %

+31,7 %

Musique

74,21

21,8 %

76,65

21,5 %

+3,3 %

-13,7 %

Enfants

84,77

24,9 %

74,13

20,8 %

-12,5 %

-15,5 %

Humour

39,17

11,5 %

36,86

10,4 %

-5,9 %

+2,7 %

Documentaire

25,00

7,3 %

22,04

6,2 %

-11,8 %

-2,0 %

Théâtre

2,91

0,8 %

4,80

1,4 %

+65,1 %

+30,1 %

Autres

5,79

1,7 %

4,38

1,2 %

-24,4 %

+10,4 %

Total

340,89

100,0 %

356,00

100,0 %

+4,4 %

+2,4 %

Source : CNC - GFK

Précisions méthodologiques : La consommation vidéo est évaluée par l’institut GFK à partir des ventes réalisées dans les grandes surfaces alimentaires et les grandes surfaces spécialisées, de la vente par correspondance et des ventes sur Internet et en librairies. Ces chiffres n’incluent pas les ventes en kiosques et dans les stations services. Ils excluent également le marché de la location vidéo.Les nationalités retenues pour les œuvres cinématographiques sont celles enregistrées par le CNC.



Paris le 19 octobre 2005
Service des études, des statistiques et de la prospective